La vente à découverts et certains aspects des CDS

Explication de vote de Bruno Gollnisch  sur Rapport Canfin au sujet de La vente à découverts et certains aspects des CDS (15 novembre 2011)

 J’ai voté en faveur du rapport Canfin, qui tente de mieux contrôler et de limiter certaines des pratiques financières les plus spéculatives, et interdire en partie ces pratiques pour les dettes souveraines.

 Mais comme tous les autres textes européens portant sur les régulations des marchés financiers, je reste sur ma faim. Car en effet, l’Union européenne se contente de mesures a minima, partielles, circonstancielles, là où il faudrait s’attaquer au fond du problème : la remise en cause de tous les actes qui nous ont mené là. Tous : la suppression du contrôle des mouvements de capitaux, la titrisation des dettes, les changes flottants, l’interdiction de la monétisation des dettes publiques… Autant dire qu’il faudrait renoncer à la philosophie générale qui préside à la mondialisation de l’économie depuis des décennies.

 N’en doutons pas, le secteur financier prépare déjà les instruments qui lui permettront de contourner ou dénaturer ces mesures. Et les Etats sont toujours sous la coupe des marchés et des agences de notation pour pouvoir financer des déficits abyssaux auto-alimentés en partie par les niveaux extravagants des charges d’intérêt.

 J’ai l’impression que nous tentons d’éteindre un incendie de forêt avec des pistolets à eau. Je veux bien appuyer sur la pompe du mien. Mais cela n’éliminera pas les incendiaires.

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir.

Exprimez-vous

*


7 − = six

x
Abonnez-vous à la lettre d'information